dimanche 12 février 2012

8 mois et demi...

8 mois et demi à la fabriquer tout doucement, à la modeler dans la douceur de mon ventre rond comme un ballon.

Une grossesse comme sûrement pleins d'autres ... ou presque.



Je voulais en enfant. Depuis longtemps, presque toujours. Je pensais que j'étais née pour devenir mère et que rien ne pourrait m'en empêcher.
Alors j'ai choisi. Je trouvais que ma situation se prêtait bien à l'arrivée d'un enfant. Je me sentais prête à devenir mère et je me disais que l'homme avec qui je vivais depuis 4 ans ferait un bon papa. J'étais sûre de ça. Je touchais du doigt mon équilibre, je venais de me marier et je me suis lancée dans l'aventure...

D'abord il y a eu cette première déception, ce minuscule petit embryon qui avait pris sa place pendant notre voyage au Québec, puis qui n'a pas aimé revenir en France...il voulait être québécois cet enfant-là et jamais je ne le connaîtrais.

Un mois plus tard, c'était Petite Elfe qui posait ses valises dans mon une pièce tout confort. Je l'ai su très vite, avant de faire pipi sur mes doigts ce bâton de plastique qui tenait mon avenir entre ses bandes. J'étais tellement heureuse, je passais mon temps à tripoter ce ventre tout plat et à lui parler. Je voulais que son papa lui parle, lui fasse des bisous. Je voulais que la Terre entière sache que j'attendais un enfant dans le secret de mes entrailles. Pendant quelques temps, tout au moins.

Très vite, j'ai été barbouillée  malade comme un chien . Ca passera après les trois mois, tu verras, qu'ils disaient. Les cons. J'ai dégueulé tripes et boyaux vomi pendant 8 mois en tout. Jusqu'à 6 fois par jour, le bonheur absolu, quoi.
Puis un jour, à la fin de ma grossesse, une sage femme m'a dit (elle a pas demandé hein, elle a affirmé) que ça se passait pas bien avec le papa. Elle a dit que c'était pareil pour toutes les femmes si malades pendant leur grossesse. Elle a dit quelques mots et mon cœur a chaviré. J'avais mené ma grossesse presque à terme et à cet  instant précis j'ai regardé en arrière.

Et j'ai compris.

J'ai réalisé que le papa de Petite Elfe faisait comme si elle n'existait pas, qu'il ne lui parlait pas et encore moins la touchait. Et que du coup, je ne m'étais pas autorisée cela, juste "en cachette". Oh oui, c'était inconscient mais ça fait mal quand même. Encore plus mal, d'ailleurs. Je n'ai jamais su demander pardon à ma fille. Pardon pour tout l'amour caché au fond de mon cœur que je ne lui ai pas donné.

J'ai vu l'achat de la maison, tous les cartons que j'ai soigneusement emballés et portés à travers la maison.

J'ai vu mon sourire forcé quand les copines me racontaient que depuis qu'elles étaient enceintes, leur mec leur interdisait de porter des trucs, faire le ménage et tout et tout. J'avais envie de les étrangler.

J'ai vu la chambre, que ma maman a tapissé pour sa petite fille. Pendant qu'avec amour je découpais des bulles de papier peint dont j'ai parsemé les murs et le plafond. Le petit lit que j'ai peint avec tout mon amour.

J'ai vu le déménagement et mes larmes de fatigue et de colère. Mon envie de tout envoyer valser.

J'ai vu la muraille d'amour que j'avais dressée autour de Petite Elfe et moi, dans notre intimité à DEUX. Cette muraille que je n'ai jamais brisée et dont je n'ai pas souvent donné les clés.

J'ai vu beaucoup de colère dans ma grossesse, des déceptions terribles et de l'angoisse. J'ai vu ma peur de perdre cet enfant qui ne m'a pas quittée jusqu'à son premier souffle.

J'ai vu ce que j'espérais tant ne pas voir. Ce sur quoi j'ai fermé les yeux, que j'ai enfoui au fond de moi.

Cela fait 20 mois que ma grossesse a pris fin. Que ma vie se construit autour de Petite Elfe. Que je grandis et que, peu à peu, j'écris notre histoire.

Et quelques temps que je me dis que... dans le futur, quelques années peut-être...j'aurai à nouveau envie de porter la vie. Pour d'autres raisons. Différemment. Dans une immense bulle d'amour.

Pardon.



9 commentaires:

  1. Je crois que Petite Elfe t'a pardonnée depuis bien longtemps tu sait ! Avec tout l'amour et l'attention que tu lui donne chaque jour...soit en sûr.
    Chaque grossesse est différente, il est évident que tu la vivra différemment, en plus avec une "grande" petite elfe ;)
    Très joli ce récit encore une fois ! J'aime <3

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours aussi touchant de te lire ma belle.

    Porter la vie (en débit des vomis et autres désagréments) puis la donner reste finalement la plus belle chose au monde. Certes, tu n'as peut être pas pu partager autant de choses avec petite elfe quand tu la couvais dans ton T1, mais tu rattrapes ça un peu plus tous les jours en la calinant, en lui souriant, en jouant avec elle, en la regardant tout simplement.
    Je te souhaite de revivre ça un jour, et normalement cette fois çi, avec papa qui portera les packs d'eau, hein!!!
    Je m'excuse encore de n'avoir pu venir te voir quand ça n'allait pas au début, j'étais encore dans le secret et le stress des 3 mois avec l'angoisse de la perte.
    Tu es une super maman, comme tu le dis, tu étais faite pour ça!!! Et tu referas de nouveau le bonheur d'un petit loup un jour, c'est obligé!!
    Gros bisousssssssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as été une amie formidable pour cette grossesse...ne t'inquiètes pas!
      :)

      Supprimer
  3. J'aime vraiment quand tu écris avec tes tripes ...<3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bonnie... Avec mes tripes c'est moins gai mais c'est tout autant moi :)

      Supprimer
  4. la maman du ptit poulet13 février 2012 à 08:01

    ouh là 20mois déjà que ca passe vite ! très joli en tout cas ! bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois les deux ans arriver... Ça passe si vite!!!

      Supprimer
  5. Je voulais prendre (enfin) le temps de te lire, de te connaître au détour de ton vrai toi, mais ça me fait un peu trop mal...

    Karine maman elfe, ça va le faire pour toi parce que ça le fait déjà !

    ta fille et toi êtes si magnifique !

    J'aime bien te lire.

    J'envie un peu ton charisme ! voilà c'est dit ! :)

    RépondreSupprimer

Et toi, tu en dis quoi?