jeudi 1 mars 2012

Il n'avait pas 20 et pourtant...

C'était un lundi de septembre. Je faisais ma première rentrée scolaire, avec mes 13 premiers élèves. J'étais super angoissée contente et impatiente de rentrer chez moi le soir connaître mes élèves.

Cette année-là, j'ai rencontré ma vocation, mes premiers parents d'élèves pénibles. Mais pas que. Cette année-là, j'ai rencontré 13 enfants. L'idée, c'était que mes 4 petits CE1, je les suivrai 4 ans de leur vie. Que je les verrai grandir, que quelque part, je serai autant fière d'eux que leurs parents. Leurs progrès, leur curiosité de la vie.

Tout ne s'est pas passé ainsi. Un premier départ, un déménagement. Puis un second, un échec. Je n'ai pas su arrondir les angles, pas su expliquer que je n'étais pas responsable de la chute. Pas su retenir.

Si vous suivez bien, il me reste, à la fin de l'année, deux CE1. Et trois ans à avancer ensemble. Naïve que je suis.

La vérité, c'est que j'ai eu la chance de connaître un enfant extra-ordinaire. Un petit homme en devenir dont je suis super fière. Et pas parce que ses parents lisent mon blog. (d'ailleurs, coucou à vous!)
Ce petit homme, il répondait toujours aux questions que je posais aux plus grands avant eux, il avait besoin de ma présence "maternelle" et de mon soutien.  On se faisait des grimaces quand il rêvassait en classe et on a pris des fous rires mémorables à la cantine, plus d'une fois.

Au début, quand ses résultats ont baissé j'ai pensé à une petite baisse de régime, un truc du genre ou bien le début des hormones qui bouillent. J'ai décidé d'observer. Jusqu'au jour où... à l'occasion d'un conversation je suis devenue dépositaire d'un presque secret. D'une angoisse. L'angoisse d'une maman, il n'y a rien de plus important pour moi. Il me fallait réagir, vite. Chercher des infos, vois si j'avais le droit de lui faire "sauter" son CM2, savoir si il serait bien accueilli au collège.

C'est à ce moment là qu'ont commencé les surprises. Les bonnes, et les moins bonnes.

L'oscar de la meilleure surprise revient aux parents de mon loulou. Ils m'ont donné leur confiance, le bien le plus précieux dans mon métier.  On a avancé ensemble et on a su faire au mieux pour que tout se passe bien. Pour que parents et enfant aient confiance en l'avenir. Ou tout du moins confiance en eux. En leur sphère familiale si joliment soudée.
Je vous raconte même pas... le jour de la rentrée quand je l'ai vu à la porte de l'école alors qu'il avait quitté ces lieux en juillet pour aller rejoindre la sixième. Il était venu avec son père me faire un coucou. Ou bien essayer de me faire pleurer je sais pas trop ... mais j'ai pleuré en cachette, quand ils sont partis, na!

L'oscar de la plus belle déception revient aux collègues, à ma hiérarchie...à tous ceux qui m'ont dit "Quoi? Non mais les surdoués ça existe pas hein... puis de toute façon si il était si bon que ça, il aurait 20 de moyenne générale, non?"

Justement, eh bien non, non et non! Ce gamin il s'emmerdait à mourir dans la classe, je n'avais absolument pas les moyens de lui offrir tout ce dont il avait soif. D'ailleurs, je ne sais pas qui ne a les moyens... accrochez-vous m'sieurs dames!
Il n'avait pas 20 et pourtant... Il avait 9 ans quand il est entré en sixième. Et certains profs ne s'en sont même pas rendus comptes. Il avait 9 ans quand il a été élu délégué de sa classe de sixième alors qu'il avait derrière lui une année de CM1 avec un CM2 suivi "illégalement" pendant 4 mois.

Je vais vous dire... J'ai fait confiance à la psychologue, confiance à cet enfant, à sa famille. Je me suis aussi un peu fait confiance. J'ai dit merde bon, ok, dans ma tête aux bien-pensants, aux jaloux. A tous les frustrés de ne pas EUX être aussi intelligents. J'ai pris la décision la plus importante de ma toute jeune carrière. Je lui ai donné son passeport pour la sixième. Avec deux ans d'avance et toutes ses dents.

Alors... aujourd'hui, un repas entre amis et quelques mois plus tard...

Je dois aussi te donner un oscar à Toi, mon loulou... toi qui ne savais pas si tu voulais partir en sixième, toi qui as décidé que oui quand je t'ai dit que je ne serai peut-être plus là l'année suivante. Toi qui m'a envoyé ce petit courrier en septembre, que j'ai rangé dans mon portefeuille et qui me suit maintenant partout. Toi qui m'as faite pleurer pour de si belles raisons...

Je suis si fière de toi. Continue ton chemin, aies confiance en toi et en l'homme que tu vas devenir. Sois fier de toi comme nous le sommes, car tu as toutes les raisons de l'être.
Et tu sais quoi? Merci, je suis fière, tellement fière d'avoir été ta maîtresse.





Chasse aux oeufs


21 commentaires:

  1. et moi j'aimerai te dire bravo à toi. d'avoir vu, de l'avoir accompagné, d'avoir su écouter, d'avoir su prendre les décisions malgré les on-dit stupides.

    et merci pour ce si beau billet!

    RépondreSupprimer
  2. ingrid setsukoo1 mars 2012 à 23:28

    c est beau!!! bravo à lui!!!!!!(et toi!)

    RépondreSupprimer
  3. Décidément, plus je te lis, et plus je t'apprécie.
    Tu as changé son avenir parce que vous vous êtes fait confiance mutuellement, et c'est pas donné à tout le monde. C'est très beau.

    °o°

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohoh merci... ça vaut mieux dans ce sens-là^^

      Supprimer
  4. Simplement MERCI...
    Quel bel hommage..
    Notre enfant a juste eu la chance d'avoir une maîtresse exceptionnelle et tellement humaine...
    Il y a des gens qui traversent une partie de ta vie, juste comme ça, et puis, il y en a qui marquent TOUTE TA VIE ...merci à toi Karine d'être de ceux-là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gagné...cette fichue poussière dans mon oeil est revenue!
      Merci à vous trois pour votre confiance!

      Supprimer
  5. bravo ♥♥♥, c'est une très belle aventure...

    RépondreSupprimer
  6. Mon instit m'a fait faire 1 mois de CE2 et ensuite je suis passée en CM1. bac à 17ans avec mention c'était super !
    Bon le hic c'est que ensuite je me suis un peu perdue dans mon orientation, je ne savais pas quel métier faire donc j'ai perdu un peu de temps mais au final maintenant j'ai un cv qui sort de l'ordinaire donc ça plait aux recruteurs !

    RépondreSupprimer
  7. Il doit y avoir de la poussière aussi par ici... :)

    RépondreSupprimer
  8. Encore un très beau texte ! Bravo à toi, à lui, à ses parents...

    J'ai de la chance mon fils a une siouper maîtresse aussi !

    RépondreSupprimer
  9. J'adore te lire, tu me mets souvent la larme à l'oeil tellement que je trouve rarement les mots pour te laisser des comm.'. Donc simplement bravo à vous 4 d'avoir su vous écoutez et avancer ensemble

    RépondreSupprimer
  10. <3 <3 <3 simplement du grand toi! Ne change pas je t'm trop comme ca au diable ceux qui ne comprenne pas ou ceux qui te juge! <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
  11. Bravo à toi !
    Tu as su lui venir en aide, et l'accompagner !
    Je ne sais pas si il y en beaucoup des maicresses comme toi :)
    C'est toujours un plaisir de te lire.
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. Bravo maman Elfe!! Une décision juste et tellement importante pour ce loulou.
    Ce qui me fait plaisir, c'est de repenser à tous ces grands savants de l'iufm qui pensaient que tu ne méritais pas ta place... quels c***!!!
    bisous

    RépondreSupprimer
  13. Pas facile d'aller contre sa hiérarchie, ses collègues... J'ai connu le problème inverse pour un enfant en grande difficulté en CM2 pour qui j'envisageais une orientation SEGPA. Pas de soucis avec les collègues qui le connaissaient bien et partageaient ce choix. Pas de soucis non plus avec la maman, très absente et peu concernée malheureusement. Le hic ce fut la réaction de la psy. Un jour elle arrive à l'école, il va lui ouvrir la porte. Elle avait eu le dossier déjà dans les mains, connaissait mon point de vue et en 1 min (le temps qu'il lui ouvre la porte et l'emmène dans notre classe) elle s'était déjà fait une opinion me disant que l'ayant vu là tout de suie, il ne lui semblait pas que cet enfant ait des soucis, il était ouvert, sociable... Oui c'est vrai, il était tout ça mais là n'était pas le problème. Elle est donc partie avec bcp d'aprioris, mais au bout d'une seule séance, le verdict tombe :" ouh, il est en très grande difficulté, bcp plus que ce que vous semblez dire...". Bref, je suis passée de l'instit trop inquiète qui veut se débarrasser d'un de ses élèves à l'instit laxiste qui n'a rien vu... Enfin il a bien été orienté en Segpa et je l'ai revu par la suite lors d'un remplacement. Il est venu me saluer tout sourire, me remerciant et me disant à quel point il était bien là bas. Il s'en sortait bien et s'était fait plein d'ami alors tout le reste, ça n'a plus d'importance.
    Pardon du pavé mais ton article à raviver tout ça ;)

    RépondreSupprimer
  14. Coucou Maman elfe ! Voilà une réponse à ce billet : http://coraroz.hinsolite.com/?p=1860
    Tu as déjà lu le mien, mais au cas où mon histoire intéresse quelqu'un d'autre...
    Gros bisous ! <3

    RépondreSupprimer

Et toi, tu en dis quoi?